Quel nombre de trimestres faut-il cotiser pour bénéficier d’une retraite à taux plein ?

Le système de retraite actuel est basé sur l’obtention d’un certain nombre de trimestres à cumuler afin de prétendre à une pension à taux plein. Si celui-ci n’est pas atteint, alors une décote est appliquée. A contrario, si le nombre de trimestres obligatoire est dépassé, alors une surcote est automatique. Dans cet article, vous comprendrez tout sur le système des trimestres : comment les compter, à quoi correspondent-ils et combien faut-il en obtenir ? Décryptage.

Illusrration Calendrier Trimestres

Qu’est-ce qu’un trimestre de retraite ?

Un trimestre de retraite est un trimestre classique, autrement dit, une succession de trois mois consécutifs dans une année. Cependant, en fonction de certains éléments, il est possible de classifier les trimestres de retraite en trois catégories.

Il faut en valider un certain nombre pour prétendre à la retraite à taux plein lorsque l’âge légal est atteint. Le nombre de trimestres nécessaires varie en fonction de l’âge de naissance, mais aussi de l’emploi occupé.

Bon à savoir :
Un trimestre de retraite est également appelé « assurance ».

Les différents types de trimestres

En matière de retraite, il existe plusieurs sortes de trimestres. Bien que ceux-ci soient toujours une succession consécutive de 3 mois, ils peuvent être de trois natures :

1. Les trimestres cotisés

Ils correspondent aux trimestres travaillés pour lesquels des cotisations à la caisse de retraite de base et complémentaires ont été prélevées, en fonction du montant perçu.

Attention :
Un trimestre cotisé n’est pas toujours un trimestre validé !

2. Les trimestres validés

Depuis 2014, pour valider un trimestre travaillé, un certain nombre d’heures doit avoir été effectué. Cela correspond donc à un salaire minimum de 150 fois le montant horaire brut du SMIC par mois au 1er janvier de l’année concernée. Pour qu’un trimestre soit validé, il faut alors que les salaires perçus soient supérieurs ou égaux à 600 fois le SMIC horaire brut.

3. Les trimestres assimilés

Les trimestres assimilés sont des trimestres non cotisés et parfois non travaillés, mais pouvant malgré tout être crédités en faveur de l’actif. Ils correspondent à certaines situations particulières de la vie de l’assuré, comme le chômage, la maladie, le congé maternité ou paternité, les stages de formation professionnelle ou autres situations particulières comme l’expatriation, la détention préventive, etc.

Il est possible d’obtenir une majoration de trimestres dans certains cas, par exemple si l’assuré a eu ou élevé des enfants, si le ou les enfants de l’assuré souffrent d’un handicap, si l’assuré a été contraint de s’occuper d’un adulte handicapé, en cas de congé parental ou encore lorsque le départ à la retraite a lieu après l’âge à taux plein (67 ans).

Differents Types De Trimestres Illustration

Comment valider un trimestre de retraite ?

Afin de faire valoir ses droits de retraite à taux plein, l’actif doit avoir validé un certain nombre de trimestres. Comme précisé précédemment, pour qu’un trimestre soit validé, il faut avoir perçu un salaire minimum de 6 288 euros au 1er octobre 2021, soit 600 x 10,48 euros (taux du SMIC horaire brut).

Bon à savoir :
un seul salaire de 6 288 euros sur l’année ne peut donner lieu à la validation de 4 trimestres. En effet, l’Assurance Vieillesse applique le même plafond mensuel que la Sécurité Sociale, à savoir 3 428 euros pour l’année 2021. Le montant perçu au-delà de ce salaire n’est pas pris en compte. Cela revient à dire qu’en un mois, il n’est possible de valider que deux trimestres au maximum. De même, il n’est pas possible de valider plus de 4 trimestres sur l’année civile.

Cas particulier : depuis l’épidémie du Covid-19, il faut avoir justifié de 220 heures de travail indemnisé par trimestre au titre de l’activité partielle.

Comment ces trimestres sont-ils pris en compte dans le calcul de la retraite ?

À l’heure actuelle, la réforme des retraites n’est toujours pas mise en place. À ce titre, elle se calcule toujours selon 3 éléments :

  • Le salaire annuel moyen ;
  • le taux de retraite qui varie entre 37,5 et 50 % ;
  • le nombre de trimestres (aussi appelés durée d’assurance).

Si un actif obtient le nombre de trimestres requis au moment de partir à la retraite, il bénéficiera d’un taux de 50 % sans minoration (retraite à taux plein). Si cela n’est pas le cas, le taux applicable sera alors de 37,5 % avec minoration (décote). Si, lors du départ à la retraite, l’assuré a cumulé plus de trimestres que nécessaire, une majoration (surcote) sera alors appliquée.

En d’autres termes, le montant de la pension est minoré ou majoré en fonction du nombre de trimestres validés obtenus.

Qu’est-ce que la retraite à taux plein ?

La retraite à taux plein correspond au nombre de trimestres minimums requis en fonction de l’âge de naissance ou d’un âge minimum pour percevoir la pension de retraite sans décote. En ayant validé le nombre de trimestres nécessaires, la pension de retraite sera équivalente à 50 % de votre salaire annuel moyen sans décote.

Bon à savoir :
Certaines dispositions particulières peuvent aussi donner droit à une retraite à taux plein.

Néanmoins, il est possible d’obtenir la retraite à taux plein à 67 ans dans tous les cas, même si le nombre de trimestres minimum n’est pas atteint. Il s’agit de l’âge de la retraite automatique.

Attention :
La retraite à taux plein et la retraite à taux plein automatique sont deux éléments différents ! Le premier requiert un nombre de trimestres minimum, le second quant à lui, octroie le taux plein d’office.

Le nombre de trimestres nécessaires pour partir à la retraite

Durée de cotisation pour la retraite

Il est impératif d’obtenir un certain nombre de trimestres cotisés pour percevoir une retraite à taux plein. La durée de l’assurance minimale est calculée en fonction de l’année de naissance de l’actif.

Sont pris en compte les trimestres validés, bien sûr, mais aussi les périodes non travaillées durant lesquelles l’assuré perçoit malgré tout des prestations sociales (maladie maternité, adoption…), ainsi que certaines situations permettant la majoration de trimestres. Dans certains cas, il est possible d’ajouter aussi les trimestres de retraite rachetés.

Le nombre de trimestres obligatoires pour une retraite à taux plein

En fonction de votre année de naissance, un nombre minimum de trimestres est à atteindre. Il en va de même suivant votre statut. En effet, les salariés du privé et du public ne cotisent pas de la même façon.

Voici plus de détails sur les trimestres à cumuler afin d’obtenir la retraite à taux plein en fonction des âges, mais aussi selon le secteur dans lequel vous travaillez.

Les salariés du privé

Dans le privé et pour les fonctionnaires sédentaires, le nombre de trimestres à cotiser pour obtenir la retraite à taux plein est identique.

Année de naissance Nombre de trimestres exigés pour la retraite à taux plein
De 1955 à 1957 166 (soit 41 ans et 6 mois)
De 1958 à 1960 167 (soit 41 ans et 9 mois)
De 1961 à 1963 168 (soit 42 ans)
De 1964 à 1966 169 (soit 42 ans et 3 mois)
De 1967 à 1969 170 (soit 42 ans et 6 mois)
De 1970 à 1972 171 (soit 42 ans et 9 mois)
À partir de 1973 172 (soit 43 ans)

Les fonctionnaires de catégorie active

Pour les fonctionnaires dits actifs, c’est-à-dire occupant un emploi sur le terrain ou travaillant dans des conditions difficiles, le nombre de trimestres à cotiser est sensiblement moins élevé. Voici ce qu’il en est pour les cas généraux :

Année de naissance Nombre de trimestres exigés pour la retraite à taux plein
1960 166 (soit 41 ans et 6 mois)
De 1961 à 1963 167 (soit 41 ans et 9 mois)
De 1964 à 1966 168 (soit 42 ans)
De 1967 à 1969 169 (soit 42 ans et 3 mois)
De 1970 à 1972 170 (soit 42 ans et 6 mois)
De 1973 à 1975 171 (soit 42 ans et 9 mois)
À partir de 1976 172 (soit 43 ans)

Si vous appartenez à la catégorie de fonctionnaires exerçant un métier insalubre comme égoutier, médecin légiste…, voici le tableau récapitulatif :

Année de naissance Année d’ouverture des droits Nombre de trimestres exigés pour la retraite
De janvier à décembre 1961 2011 163 (soit 39 ans et 9 mois)
Entre juillet 1961 et décembre 1962 2012 164 (soit 41 ans)
1962 à 1963 2013 165 (soit 41 ans et 3 mois)
1963 à 1965 2015 à 2017 166 (soit 41 ans et 6 mois)
1966 à 1968 2018 à 2020 167 (soit 41 ans et 9 mois)
1969 à 1971 2021 à 2023 168 (soit 42 ans)
1972 à 1974 2024 à 2026 169 (soit 42 ans et 3 mois)
1975 à 1977 2027 à 2029 170 (soit 42 ans et 6 mois)
1978 à 1980 2030 à 2032 171 trimestres (42 ans et 9 mois)
À partir de 1981 2033 et après 172 (soit 43 ans)

Vous êtes policier actif ou surveillant pénitentiaire ? Voici le nombre de trimestres à acquérir pour partir à la retraite :

Année de naissance Nombre de trimestres exigés pour la retraite à taux plein
1965 166 (soit 41 ans et 6 mois)
De 1966 à 1968 167 (soit 41 ans et 9 mois)
De 1969 à 1971 168 (soit 42 ans)
De 1972 à 1974 169 (soit 42 ans et 3 mois)
De 1975 à 1977 170 (soit 42 ans et 6 mois)
De 1978 à 1980 171 (soit 42 ans et 9 mois)
À partir de 1981 172 (soit 43 ans)

Enfin, pour les contrôleurs aériens, le calcul diffère quelque peu :

Année de naissance Année d’ouverture des droits Nombre de trimestres exigés pour la retraite
1963 2014 165 (soit 41 ans et 3 mois)
1963 2015 166 (soit 41 ans et 6 mois)
1964 2015 ou 2016 166 (soit 41 ans et 6 mois)
1965 2017 166 (soit 41 ans et 6 mois)
1966 à 1968 2018 à 2020 167 (soit 41 ans et 9 mois)
1969 à 1971 2021 à 2023 168 (soit 42 ans)
1972 à 1974 2024 à 2026 169 (soit 42 ans et 3 mois)
1975 à 1977 2027 à 2029 170 (soit 42 ans et 6 mois)
1978 à 1980 2030 à 2032 171 trimestres (42 ans et 9 mois)
À partir de 1981 2033 et après 172 (soit 43 ans)

Le détail selon votre année de naissance

Pour obtenir le taux plein fixé à 50 % du salaire annuel moyen, vous devez remplir aussi bien une condition d’âge que d’un nombre de trimestres. Voici le tableau récapitulatif en fonction de l’année de naissance :

Année de naissance Taux plein obtenu dès (tous régimes confondus) Si vous avez moins de trimestres, vous pouvez obtenir le taux plein si vous avez Retraite anticipée
1953 165 trimestres

(soit 41 ans et 3 mois)

  • au moins 66 ans et 2 mois
  • un handicap
  • un proche handicapé
  • au moins 3 enfants
  • été prisonnier de guerre
  • été ancien combattant
1954 165 trimestres (soit 41 ans et 3 mois)
  • au moins 66 ans et 7 mois
  • handicap
  • un proche handicapé
  • au moins 3 enfants
  • été prisonnier de guerre
  • été ancien combattant
1955 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
  • au moins 67 ans
  • handicap
  • un proche handicapé
  • au moins 3 enfants
  • été prisonnier de guerre
  • été ancien combattant
Possibilité de partir à 62 ans à taux plein si :

  • carrière longue
  • handicap
  • pénibilité du travail
Entre 1956 et 1957 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Entre 1958 et 1960 167 trimestres (soit 41 ans et 9 mois)
Entre 1961 et 1963 168 trimestres (soit 42 ans)
Entre 1964 et 1966 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)
Entre 1967 et 1969 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)
Entre 1970 et 1972 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)
Dès 1973 172 trimestres (soit 43 ans)

La retraite à taux plein automatique

Pour une raison ou une autre, les actifs n’ayant pas assez validé de trimestres après avoir atteint ou dépassé l’âge légal de la retraite pourront néanmoins partir à taux plein grâce à l’âge automatique de retraite à taux plein. Celui-ci est fixé à 67 ans. Cela signifie que, peu importe le nombre de trimestres validés, ils obtiennent automatiquement le taux plein à partir de 67 ans.

L’impact sur le montant de votre pension

Un actif n’ayant pas obtenu le nombre de trimestres requis, mais ayant atteint l’âge légal de la retraite peut partir malgré tout. Cependant, il subira de fait, une décote sur sa pension de retraite.

Bon à savoir :
Le taux plein ne rime pas avec pension « pleine ». À 67 ans, l’assuré n’aura sa retraite complète que s’il justifie de la durée d’assurance nécessaire en fonction de son année de naissance. Dans le cas contraire, il subira une décote des trimestres manquants pour le calcul de sa pension.

Nombre de trimestres et cas particuliers

Il existe des cas particuliers pour le calcul de la pension de retraite en cas de :

Trimestres supplémentaires : la surcote

Une fois que vous avez atteint l’âge légal de la retraite, les trimestres validés en plus du nombre requis pour obtenir le taux plein vous font bénéficier d’une surcote sur votre pension. En d’autres termes, votre pension retraite sera majorée.

Trimestres manquants : la décote

Si vous avez atteint l’âge légal du départ à la retraite, mais que vous n’avez pas obtenu le nombre requis de trimestres pour obtenir le taux plein, alors vous subirez une décote. Cela signifie que vous percevrez une pension moins élevée.

Peut-on racheter des trimestres manquants ?

Oui. Il est tout à fait possible de racheter des trimestres manquants dans certains cas.

Exemples :
Si vous avez suivi des études supérieures (minimum BAC +2), si vous avez effectué un stage dans le cadre professionnel, etc., vous avez l’opportunité de racheter les trimestres afin de compléter le nombre requis pour le taux plein.
À noter :
Le tarif des trimestres varie en fonction de l’âge. Plus vous rachetez vos trimestres à l’approche de la retraite et moins cela est avantageux. De même, il est important de calculer si ce rachat est intéressant pour vous ou s’il vaut mieux travailler un peu plus longtemps.

Comment savoir de combien de trimestres vous disposez ?

Vous souhaitez connaître le nombre de trimestres que vous avez déjà validé ? Cela est tout à fait possible grâce à des documents officiels envoyés durant votre carrière professionnelle.

Le relevé de carrière

Il s’agit du récapitulatif de carrière professionnelle vous donnant une vision globale de votre parcours, ainsi que des droits acquis en vue de la retraite. Tous les emplois occupés, y compris les emplois saisonniers ou les stages d’études doivent y figurer.

Bon à savoir :
Ce document est aussi accessible en ligne. Il est important de vérifier les informations pour le faire régulariser en cas d’erreurs ou d’oublis.

Le droit à l’information sur la retraite

Tout actif peut, à tout moment de sa carrière, obtenir des informations sur sa retraite. Celles-ci sont accessibles via le Gip Union Retraite, qui est un groupement d’intérêt public de tous les régimes obligatoires français.

Cet organisme envoie divers documents officiels à des moments charnières de votre carrière :

  • à 35 ans (puis tous les 5 ans), un relevé de situation individuelle (RSI) est envoyé, mentionnant l’ensemble des droits à la retraite ;
  • à 55 ans (puis tous les 5 ans), une estimation indicative globale (EIG) est envoyée, récapitulant l’ensemble de la carrière professionnelle, ainsi qu’une estimation du montant de la future retraite.

À tout moment, vous pouvez aussi contacter les experts retraite de l’assurance retraite.

Capture Releve De Carriere