Comprendre les trimestres retraite

Pour prétendre à la retraite, le nombre de trimestres travaillés est une valeur à prendre en compte pour savoir à quel âge vous partirez à la retraite. C’est grâce à cette donnée que le calcul de votre retraite peut être réalisé : si vous avez cumulé un nombre suffisant de trimestres pour partir à l’âge légal, vous obtiendrez votre pension complète, dans le cas contraire, vous subirez une décote en fonction du nombre de trimestres manquants. De même, si vous avez cumulé plus de trimestres que le minimum requis, vous bénéficierez d’une surcote. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les trimestres de la retraite.

retraite trimestre illustration calendrier

Qu’est-ce qu’un trimestre de retraite ?

Un trimestre de retraite n’est autre qu’un trimestre classique, à savoir un ensemble de trois mois consécutifs. Dans une année, il y a donc 4 trimestres. Afin qu’un trimestre soit validé pour le calcul de la retraite, le revenu perçu sur la durée doit correspondre à 150 SMIC horaire, soit 600 SMIC horaire pour valider une année entière.

Bon à savoir :
il existe plusieurs types de trimestres pour permettre le calcul de la retraite.

Quel est le nombre de trimestres obligatoires pour la retraite ?

Le nombre de trimestres obligatoires pour partir à la retraite dépend de l’année de naissance. D’autre part, rien n’empêche d’atteindre l’âge légal et de partir à la retraite, sans pour autant avoir atteint le nombre de trimestres minimum. Cela entraînera une décote sur la pension de retraite.

Pour obtenir la pension de retraite à taux plein, il faut atteindre 166 trimestres pour les générations d’actifs nés en 1955, 1956 et 1957. À partir de 1958, il faudra rajouter un trimestre tous les trois ans. Les actifs nés à partir du 1er janvier 1973 devront alors atteindre 172 trimestres, soit 43 ans de carrière. Voici le détail dans le tableau suivant :

Année de naissance Nombre de trimestres exigés pour partir à la retraite à taux plein
1948 et avant 160
1949 161
1950 162
1951 163
1952 164
De 1953 à 1954 165
De 1955 à 1957 166
De 1958 à 1960 167
De 1961 à 1963 168
De 1964 à 1966 169
De 1967 à 1969 170
De 1970 à 1972 171
À partir de 1973 172
Bon à savoir :
Le nombre de trimestres cotisés n’est pas la valeur retenue pour le calcul de la retraite. En effet, il s’agit des trimestres validés qui détermineront le montant de la pension.

Comprendre les différents types de trimestres

Jusqu’à la réforme de retraite Delevoye prévue pour janvier 2025 et prévoyant l’annulation des trimestres au profit d’un système à points, les trimestres restent la donnée du calcul de la pension. Comme indiqué précédemment, il existe plusieurs types de trimestres. Entre ceux cotisés, ceux assimilés et ceux validés, difficile de faire la part des choses pour bien comprendre le calcul de la retraite.

Voici un récapitulatif qui vous permettra de mieux cerner les trimestres de retraite et de réaliser le calcul de votre pension.

Shema Type De Trimestres

1. Les trimestres cotisés

Un trimestre cotisé correspond à 3 mois consécutifs durant lesquels des cotisations de retraite ont été prélevées sur le revenu perçu et reversé aux caisses de retraite. Ces cotisations sont calculées au prorata du revenu d’activité.

Bon à savoir :
Depuis 2014, pour valider un trimestre de retraite, il faut avoir gagné 150 fois le SMIC horaire sur l’année, soit 1537,50 euros. Par an, cela fait donc 6 150 euros pour quatre trimestres (1 an). Ce montant change chaque année, en fonction de l’évolution du SMIC.

2. Les trimestres assimilés

Un trimestre assimilé est un trimestre non cotisé, mais gratuitement attribué en contrepartie d’une interruption volontaire d’activité professionnelle. Il peut s’agir de chômage, maladie, invalidité, maternité (ou paternité), service militaire, chômage indemnisé ou pas, chômage pour création d’entreprise, athlète de haut niveau expatrié, détention provisoire, stages, formations professionnelles, etc. Voici un tableau non exhaustif pour vous y retrouver :

Type de conditions Nombre de trimestres assimilés accordés
Service militaire 4 trimestres au maximum
Maternité 8 trimestres par enfant dans le privé et 4 dans le public
Maladie 1 trimestre tous les 60 jours d’indemnités journalières versées par l’Assurance Maladie
Chômage 1 trimestre tous les 50 jours d’allocations chômage versées par le Pôle emploi
Invalidité 1 trimestre tous les 90 jours de versement de pension d’invalidité
Activité partielle (chômage partiel) 1 trimestre tous les 50 jours d’indemnisation
Bon à savoir :
les trimestres assimilés sont pris en compte dans le calcul de la pension de retraite, au même titre que les trimestres cotisés.

Indemnité Trimestre Chomage

3. Les trimestres validés

Les trimestres validés équivalent à la somme des trimestres cotisés et des trimestres assimilés. Pour obtenir la retraite à taux plein, il faut donc comptabiliser le nombre de trimestres obligatoires en fonction de l’année de naissance.

Le cas des majorations

Il existe des cas particuliers, donnant droit à des trimestres supplémentaires pour le calcul de la retraite. Voici lesquels.

Les trimestres majorés pour les enfants

Il existe trois types de trimestres majorés pour les enfants : la maternité, l’adoption et l’éducation. En ayant donné naissance à un enfant ou en ayant adopté un enfant avant 2010, une majoration de 4 trimestres est attribuée pour incidence sur la vie professionnelle. Cela prend en compte tant la maternité que l’accueil de l’enfant adopté et les démarches nécessaires pour l’accueillir. Une autre majoration de 4 trimestres est aussi prévue pour l’éducation de l’enfant durant ses 4 premières années ou suite aux 4 ans après son adoption.

Bon à savoir :
Cette majoration est automatiquement accordée à la mère, il n’y a aucune démarche à faire. Seule la précision du nombre d’enfants nés ou adoptés sera à mentionner dans le dossier de demande de départ à la retraite. Pour les enfants nés à partir de 2010, les 4 trimestres accordés au titre de l’éducation peuvent être partagés entre le père et la mère.

Les parents de 3 enfants et plus bénéficient également d’une majoration financière de 10 % tant sur la pension de la mère que sur celle du père. La nouvelle réforme des retraites n’entrave en rien cette décision. Un rapport sur les avantages familiaux devrait néanmoins voir le jour après l’adoption de loi.

Qu’en est-il des stages effectués ?

Vous avez effectué des stages de plus de 2 mois lors de vos études ou pendant vos recherches d’emploi ? Vous n’avez vraisemblablement pas cotisé de trimestre, cependant les stages entrent en compte dans les trimestres assimilés.

Un stage, un job étudiant ou même un emploi saisonnier peuvent entrer dans le calcul de la pension de retraite dès lors qu’ils apparaissent sur le relevé de carrière. Il est donc important de vérifier que vos stages y figurent bien. Il est aussi possible de racheter des points pour les études suivies.

À noter :
Un stage de 6 mois peut entraîner la validation de 2 trimestres, cependant il faut en faire la demande au plus tard dans les deux ans qui suivent la fin du stage. Les entreprises ont désormais pour obligation d’attribuer une gratification minimale de 436,05 euros pour tous les stagiaires effectuant un stage de plus de 2 mois. Or certaines versent malgré tout une gratification inférieure qui dédouane le stagiaire et l’employeur de cotisations sociales. À ce titre, le stagiaire ne pourra alors pas cotiser sur la totalité de son revenu.

Selon le nouveau projet de loi, les stagiaires souhaitant bénéficier du nouveau dispositif pourront cotiser 12,50 euros par mois pendant 2 ans. En versant 25 euros par mois pendant un an, ils atteindront le montant total de 300 euros.

Important :
Seuls les stages obligatoires et réalisés dans le cadre d’un cursus de formation sont pris en compte.

Le rachat de trimestres

Vous avez l’âge légal de partir à la retraite, mais il vous manque quelques trimestres pour bénéficier du taux plein ? Selon la loi Fillon, si vous êtes fonctionnaire, salarié du privé ou encore indépendant, vous pouvez en récupérer une partie par le biais du rachat de trimestres.

Il n’est pas possible de racheter plus de 12 trimestres. Pour bénéficier de cette mesure, le demandeur doit se rapprocher de la caisse de retraite dont il dépend.

Bon à savoir :
le rachat de trimestres n’est pas toujours une bonne idée. Il est important de calculer le retour sur investissement. Si celui-ci se trouve aux alentours de 10 ans, alors l’on peut considérer que le rachat de trimestres est avantageux. Au-delà de 10, mieux vaut travailler quelques mois ou quelques années de plus.

Le remboursement pour trimestres de trop

Les personnes ayant racheté des trimestres pour pouvoir partir à la retraite à 60 ans avant la réforme de 2010 peuvent avoir des trimestres en trop. Le gouvernement a donc donné la possibilité aux personnes concernées, de se faire rembourser.

Cependant, le remboursement est soumis à conditions et doit faire l’objet d’une demande auprès de la caisse de retraite : il n’est pas automatique. En fonction de la date de rachat de trimestres, il existe un délai plus approprié pour faire la demande de remboursement. Pour toute question, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre caisse de retraite.