L’âge à taux plein pour sa retraite

Vous entendez souvent parler de retraite à taux plein et d’âge légal pour votre départ à la retraite. Mais difficile de faire la part des choses et de comprendre à quoi font référence ces deux termes. Voici un article explicatif pour tout vous expliquer sur la retraite à taux plein. Décryptage.

Illustration Retraite Taux Plein(1)

Qu’est-ce que la retraite à taux plein ?

Lorsque l’on parle de retraite à taux plein, l’on fait référence au moment où vous pouvez partir à la retraite sans subir de décote, c’est-à-dire avec votre pension à 100 %.

Pour y parvenir, il faut cumuler deux données différentes, à savoir : l’âge du départ à la retraite et le nombre de trimestres à acquérir.

Pour les régimes dits alignés (sécurité sociale, salariés indépendants et mutualité agricole), le taux plein est de 50 %. En revanche, dans la fonction publique, celui-ci est de 75 % pour les agents sédentaires, ou 80 % pour les agents actifs.

Il existe ce que l’on appelle l’âge du taux plein automatique. Il s’agit de l’âge à partir duquel il est possible de partir à la retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres cumulés. L’âge du taux plein est fixé à 65 ans ou 67 ans en fonction de l’année de naissance.

Attention :
Il ne faut pas confondre retraite à taux plein et âge légal. En effet, l’âge légal est celui à partir duquel vous avez le droit de partir à la retraite. Si à cet âge-là, vous avez déjà tous vos trimestres obligatoires, alors vous pouvez partir sans subir de décote. Si toutefois vous n’avez pas cumulé vos trimestres, mais que vous souhaitez partir malgré tout, alors vous subirez une décote. Bien sûr, vous avez aussi le droit de continuer de travailler, même en ayant tous vos trimestres acquis. À ce compte-là, votre pension sera majorée d’une surcote. L’âge légal est aujourd’hui fixé à 62 ans pour les actifs nés à partir de 1955, mais celui-ci varie en fonction de l’année de naissance.

Combien de trimestres faut-il cotiser pour bénéficier du taux plein ?

Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devez donc cumuler un certain nombre de trimestres. Aussi appelés « assurance retraite », ces trimestres varient selon l’année de naissance. Leur nombre peut également varier pour les fonctionnaires, selon s’ils sont sédentaires ou actifs.

Bon à savoir :
tous les trimestres travaillés sont comptabilisés, même si vous avez changé de secteur durant votre carrière (secteur public et privé).

Pour les salariés du privé ou les fonctionnaires sédentaires

Voici un tableau récapitulatif pour vous indiquer le nombre de trimestres nécessaires pour prétendre à la retraite à taux plein en fonction de votre âge :

Année de naissance Nombre de trimestres exigés
Entre 1955 et 1957 166 (soit 41 ans et 6 mois)
Entre 1958 et 1960 167 (soit 41 ans et 9 mois)
Entre 1961 et 1963 168 (soit 42 ans)
Entre 1964 et 1966 169 (soit 42 ans et 3 mois)
Entre 1967 et 1969 170 (soit 42 ans et 6 mois)
Entre 1970 et 1972 171 (soit 42 ans et 9 mois)
À partir de 1973 172 (soit 43 ans)

Pour les fonctionnaires dits actifs (sur le terrain)

Le nombre de trimestres nécessaires pour que les agents puissent partir à la retraite lorsqu’ils font partie de la catégorie active dépend de leurs fonctions. Pour les cas les plus généraux, voici le tableau récapitulatif :

Date de naissance Nombre de trimestres exigés
1960 166 trimestres (soit 41 ans + 6 mois)
Entre 1961 et 1963 167 trimestres (soit 41 ans et 9 mois)
Entre 1964 et 1966 168 trimestres (soit 62 ans)
Entre 1967 et 1969 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)
Entre 1970 et 1972 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)
Entre 1973 et 1975 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)
Dès 1976 172 trimestres (soit 43 ans)

Il existe des cas particuliers pour certaines catégories, à savoir :

Les catégories insalubres (égoutiers et médecins légistes) :

Date de naissance Année d’ouverture des droits Nombre de trimestres exigés
Né entre janvier et décembre 1961 2011 163 trimestres (soit 39 ans et 9 mois)
Né entre juillet 1961 et décembre 1962 2012 164 trimestres (soit 41 ans)
Né en 1962 et 1963 2013 165 trimestres (soit 41 ans et 3 mois)
Né de 1963 à 1965 2015 à 2017 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Né de 1966 à 1968 2018 à 2020 167 trimestres (soit 41 ans et 9 mois)
Né de 1969 à 1971 2021 à 2023 168 trimestres (soit 42 ans)
Né de 1972 à 1974 2024 à 2026 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)
Né de 1975 à 1977 2027 à 2029 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)
Né de 1978 à 1980 2030 à 2032 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)
Né à partir de 1981 2033 et après 172 trimestres (soit 43 ans)

Le personnel actif de la police nationale et le personnel pénitentiaire

Année de naissance Nombre de trimestres exigés
Né en 1965 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Né entre 1966 et 1968 167 trimestres (soit 41 ans et 9 mois)
Né entre 1969 et 1971 168 trimestres (soit 42 ans)
Né entre 1972 et 1974 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)
Né entre 1975 et 1977 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)
Né entre 1978 et 1980 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)
Né à partir de 1981 172 trimestres (soit 43 ans)

Les contrôleurs aériens

Date de naissance Année d’ouverture des droits Nombre de trimestres exigés
Né en 1963 2014 165 trimestres (soit 41 ans et 3 mois)
Né en 1963 2015 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Né en 1964 2015 ou 2016 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Né en 1965 2017 166 trimestres (soit 41 ans et 6 mois)
Né entre 1966 et 1968 2018 à 2020 167 trimestres (soit 41 ans + 9 mois)
Né entre 1969 et 1971 2021 à 2023 168 trimestres (soit 42 ans)
Né entre 1972 et 1974 2024 à 2026 169 trimestres (soit 42 ans et 3 mois)
Né entre 1975 et 1977 2027 à 2029 170 trimestres (soit 42 ans et 6 mois)
Né entre 1978 et 1980 2030 à 2032 171 trimestres (soit 42 ans et 9 mois)
Né à partir de 1981 2033 et après 172 trimestres (soit 43 ans)

L’âge du taux plein automatique

L’âge du taux plein automatique est l’âge à partir duquel vous pouvez prétendre à la retraite au taux maximum, même si vous n’avez pas cotisé tous vos trimestres. Il s’agit d’un palier commun à tous les actifs en fonction de leur année de naissance. Leur pension de retraite sera néanmoins calculée au prorata de leur carrière et des trimestres cumulés.

En 2010, le gouvernement a mis en place une réforme des retraites. Celle-ci touche tous les actifs, à l’exception des personnes nées avant le 1er juillet 1951. Pour celles-ci, le taux plein automatique reste figé à 65 ans, quel que soit le nombre de trimestres cotisés.

Pour les autres, l’âge du taux plein automatique est repoussé de 4 mois pour les personnes nées entre le 1er juillet et le 31 décembre 1951, puis à 5 mois pour les personnes nées à compter du 1er janvier 1952. En 2022, l’âge du taux plein automatique sera donc fixé à 67 ans.

Voici dorénavant le tableau qui fait foi pour connaître votre âge de taux plein automatique :

Date de naissance Âge de la retraite à taux plein
Avant le 1er juillet 1951 65 ans
Entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1951 65 ans et 4 mois
Entre le 1er janvier et le 31 décembre 1952 65 ans et 9 mois
Entre le 1er janvier et le 31 décembre 1953 66 ans et 2 mois
Entre le 1er janvier et le 31 décembre 1954 66 ans et 7 mois
À partir du 1er janvier 1955 67 ans
Bon à savoir :
il est tout à fait possible de partir à la retraite à taux plein, sans avoir atteint l’âge du taux plein automatique. Pour cela, il faut avoir atteint l’âge légal de la retraite et avoir cumulé le nombre de trimestres suffisants.

La retraite anticipée avec taux plein

Il est aussi parfois possible de partir à la retraite à taux plein avant l’âge légal. Il s’agit de la retraite anticipée à taux plein. La réforme de 2010 n’a en rien modifié la possibilité de prendre la retraite anticipée à taux plein pour les actifs concernés, même après son application.

Il est possible de prendre sa retraite anticipée avec taux plein dans plusieurs cas, comme :

  • Les carrières longues (vous avez commencé à travailler avant 18 ans et vous avez cumulé au moins 8 trimestres de plus que le nombre exigé pour la retraite à taux plein automatique).
  • Les personnes ayant un statut de travailleur handicapé avec un taux d’incapacité permanente égal ou supérieur à 80 %, pouvant justifier d’une durée minimale d’assurance vieillesse.
  • Les personnes atteintes d’une incapacité permanente de 20 % minimum suite à une maladie professionnelle ou un accident du travail, ayant des lésions identiques à celles donnant droit à une indemnité pour maladie professionnelle.
  • Les personnes atteintes d’incapacité permanente entre 10 et 20 % suite à une exposition à des facteurs de risque dans le cadre professionnel pendant au moins 17 ans (avec validation de la commission pluridisciplinaire).

Le rachat de trimestres

Le saviez-vous ? Il est possible de racheter des trimestres auprès du régime de base, dans le but de partir plus tôt avec une retraite à taux plein quasiment égale à celle que vous auriez perçue en partant à l’âge requis avec tous les trimestres.

Pour autant, pour y prétendre, il faut pouvoir racheter des trimestres durant lesquels vous n’avez pas ou peu cotisé : études supérieures, expatriation, camp militaire de transit et d’hébergement, années civiles incomplètes, etc.

Bon à savoir :
Il n’est possible de racheter que 12 trimestres au maximum. Le coût du rachat varie en fonction de la catégorie socioprofessionnelle, mais aussi des revenus, du taux d’imposition et de l’impact du rachat sur le montant de la retraite complémentaire.

Est-ce rentable ? Eh bien, pas toujours ! En effet, pour que le rachat de trimestres soit rentable, il est nécessaire de calculer le retour sur investissement, soit le nombre d’années nécessaires pour récupérer les sommes investies en supplément. Cela est rentable jusqu’à une dizaine d’années. Au-delà, cela n’est pas vraiment nécessaire de racheter des trimestres pour partir à la retraite plus tôt.