Vitamine : distinguer le vrai du faux

Après nous avoir dit que nous étions carencés en vitamines, certains tirent la sonnette d’alarme sur les risques d’une surconsommation. Afin d’y voir plus clair, faisons le point sur les vitamines afin de reconnaître le vrai du faux.

Senior regardant boite de vitamines
© iStock

Les Français sont carencés en vitamines

VRAI. Une alimentation normalement équilibrée devrait nous apporter les vitamines essentielles à notre bonne santé. Mais souvent, notre organisme en manque : on dit alors qu'il est carencé. La plupart du temps, nos besoins ne sont pas satisfaits et ces carences risquent d'avoir pour conséquences, à long terme, l'apparition d'athérosclérose, de cataracte ou de certaines pathologies articulaires.

Une femme enceinte doit prendre de l'acide folique, vitamine essentielle à la croissance cellulaire et notamment à la formation des globules rouges. Son futur bébé l'utilise pour se développera Elle doit également, dès la douzième semaine de sa grossesse, prendre de la vitamine D, permettant l'absorption du calcium et la minéralisation osseuse.

Les régimes amaigrissants (à moins de 1200 kcal/jour) conduisent à des carences en vitamines. C'est pourquoi il convient d'inclure, dans un régime hypo- calorique, des aliments riches en vitamines ou des produits diététiques à teneur garantie en vitamines, comme les compléments poly-vitaminés.

On constate des carences en vitamines A, B1, B6, B12, C, PP ainsi qu'en acide folique chez les gros consommateurs d'alcool ; en vitamine C chez les fumeurs. En effet, au-delà de 20 cigarettes par jour, le taux de vitamine C dans le sang des fumeurs est inférieur à la normale.

Une grande consommation de vitamines est dangereuse pour la santé

VRAI. Un apport excessif de vitamines peut être toxique pour l'organisme, lorsque leur absorption est 100 fois supérieure aux "apports quotidiens recommandés" (AQR). Cela est tout à fait exceptionnel, pour ne pas dire anecdotique.

Seules les vitamines A et D sont capables d'entraîner des accidents graves en cas d'absorption prolongée (durant plus de 6 mois) et à des doses dix fois supérieures aux AQR. Des risques de surdosage de vitamine D se sont vus chez des enfants traités pour rachitisme entraînant des troubles rénaux et urinaires. Un risque de malformation congénitale existe pour les enfants dont les mères ont absorbé, au début de leur grossesse, des doses excessives de vitamine A

A doses très fortes, la vitamine B6 peut aussi entraîner de graves troubles, Toutes les autres vitamines n'ont pas de toxicité chronique réelle à des doses quotidiennes de l'ordre de 50 fois.

La consommation de vitamine C, même à des doses très élevées et rares (supérieures à 6 g/jour), n'entraîne aucun trouble particulier. Chez les sujets prédisposés à la formation de calculs rénaux, il convient toutefois de ne pas dépasser les doses quotidiennes re- commandées.

Quant au risque toxique des préparations poly-vitaminiques, il est extrêmement faible.

Les vitamines font grossir

VRAI ET FAUX. Les vitamines n 'apportent aucune calorie et ne font donc pas grossir. Pourtant, une réserve s'impose pour la B12, dont les injections peuvent provoquer une tendance à l'embonpoint.

Elles sont fragiles

VRAI. Fruits et légumes doivent être consommés assez rapidement après avoir été achetés, car leur teneur en vitamines décroît avec le temps.

D'autre part, la cuisson prolongée ou le réchauffage des plats peuvent détruire une proportion importante des vitamines présentes dans nos aliments.

Médicaments et vitamines font bon ménage

FAUX. Certaines vitamines peuvent en effet diminuer l'activité de certains médicaments.

  • La B6 peut diminuer l'efficacité de la L-dopamine dans le traitement de la maladie de Parkinson.
  • La prise de pilule contraceptive modifie les besoins en vitamines, notamment en B6 et en acide folique.
  • Certains antibiotiques affectent les vitamines B6, 89, BI 2 et K.
  • Les anticonvulsivants agissent sur les vitamines B9 et D.
  • Les anticoagulants sur la vitamine K.
  • Les anticancéreux sur la vitamine B9.

Les vitamines améliorent l'activité sexuelle

FAUX. Cet "avantage" attribué aux vitamines vient d'une expérience faite avec des rats au début du siècle sur la vitamine E. Celle-ci semblait avoir également des pouvoirs sur la fertilité. Mais il n'en est rien.

Elles rendent plus intelligent

FAUX. Chez l'enfant, les carences alimentaires peuvent avoir un effet néfaste sur le développement du cerveau, Néanmoins, aucune étude scientifique sérieuse n'a pu démontrer l'efficacité des vitamines sur l'amélioration des capacités intellectuelles d'un individu ne présentant aucune carence nutritionnelle. Le fonctionnement complexe du cerveau nécessite un apport convenable en vitamines BI, B6, B12, PP et en acide foliques

Un déficit marqué en vitamines peut alors se traduire par des pertes de mémoire, un défaut de concentration, de l'irritabilité ou encore un manque de sommeil.

La vitamine C peut éviter les rhumes

illustration de la vitamine c avec des citrons
La vitamine C, la plus connue, sera à privilégier tout au long de l'hiver. © iStock

VRAI. On sait avec certitude que la vitamine C est impliquée dans le maintien des défenses immunitaires contre les microbes et les virus, notamment. Une étude récente, réalisée aux États-Unis par le professeur Elliot Dick, confirme son efficacité préventive. Seize étudiants volontaires ont participé à cette étude. Pendant 25 jours, 8 d'entre eux ont reçu tous les jours 2 g de vitamine C et les 8 autres un placebo (substance ressemblant à la vitamine C, mais n'en contenant pas).

Les étudiants ont été, par la suite, mis en contact avec 8 étudiants infectés par le rhinovirus 16, l'un des virus les plus fréquemment à l'origine du rhume. 6 des 8 sujets sous vitamine C ont contracté des rhumes (contre 7 chez les sujets sous placebo), mais la durée de l'infection a été réduite de 40 % dans le groupe vitamine C. Et les symptômes habituels du rhume (nez bouché, éternuements, toux...) ont été considérablement amoindris.

La vitamine C est efficace contre la cataracte.

VRAI. Des études récentes montrent que l'apparition de la cataracte est retardée chez les personnes qui consomment régulièrement de la vitamine C en quantité suffisante.

Les vitamines rendent belle

VRAI. Elles sont de plus en plus utilisées en cosmétologie, soit dans les crèmes, soit sous forme de gélules, pilules ou capsules. La peau est souvent le premier indicateur d'insuffisances en une ou plusieurs vitamines.

La vitamine A et ses dérivés maintiennent la souplesse de la peau et réduisent l'apparition des rides.

Aucun commentaire à Vitamine : distinguer le vrai du faux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires