Monte-escalier : le guide pour bien choisir

Lorsque l’on avance en âge, monter les escaliers, à l’extérieur comme à l’intérieur, peut s’avérer de plus en plus difficile et devenir une source importante d’accidents.

Choisir Monte Escalier
© iStock

Si l’on a la chance de pouvoir rester chez soi, que l’on ne souhaite pas se lancer dans un déménagement pour aller vivre dans une maison ou la chambre serait de plain-pied ou que l’on n’a pas la possibilité de s’en faire aménager une au rez-de-chaussée, le monte-escalier peut s’avérer être une alternative relativement économique. En effet, il aide à améliorer l’autonomie des personnes rencontrant des difficultés de mobilité ou souffrant d’un handicap à la suite d’un accident.

Ces personnes pourront ainsi accéder plus aisément aux pièces situées à l’étage supérieur. Néanmoins, face à l’offre toujours plus importante, son achat n’est pas toujours facile. Comme il représente un réel investissement, il est nécessaire de pouvoir bien le choisir et nous espérons pouvoir vous y aider.

Pourquoi acheter un monte-escalier ?

L’installation d’un monte-escalier dans son domicile ou à l’extérieur de celui-ci est de plus en plus répandue et ce, pour différentes raisons.

  • On peut être confronté à la nécessité d’installer un monte-escalier pour retrouver ou conserver un peu d’autonomie. Monter ou descendre les escaliers peut parfois devenir si douloureux ou si compliqué que l’on se retrouve sans cesse dans l’obligation de demander de l’aide pour ces actes si banals, alors qu’avec un monte-escalier, il est alors possible de les faire en toute autonomie et en toute sécurité.
  • Un monte-escalier peut également vous permettre de vieillir dans votre maison, sans forcément avoir à déménager pour une maison de plain-pied ou à aménager votre maison différemment. Un déménagement peut être une épreuve difficile lorsque l’on est propriétaire de sa maison et habitué à celle-ci.
  • Son installation permet d’éviter les risques de blessures liées à une chute dans l’escalier. Il y a, en effet, chaque année des milliers d'hospitalisations dues à ce type d’accidents. Les blessures peuvent, en fonction de la chute, aller de l’ecchymose, à la fracture, voire dans certains cas, être mortelles.
  • L’installation d’un monte-escalier est également recommandée aux personnes présentant des risques de troubles de l’équilibre ou de la vision afin d’éviter les risques de chute.
  • Un autre cas où un monte-escalier peut être d’un grand secours est après une intervention chirurgicale, par exemple, et que vous êtes temporairement immobilisé. Vous pourrez ainsi garder un semblant de normalité dans votre vie en pouvant continuer à accéder à votre ou vos étages.
  • Un monte-escalier vous permet de conserver toutes les parties de votre maison accessibles et ce, même si vous rencontrez des problèmes de mobilité.
  • Il permet, en outre, de réduire la fatigue causée par cet effort physique surtout dans le cas des personnes âgées.

Le fonctionnement d'un monte-escalier électrique

On retrouve les traces du premier monte-escalier au XVIe siècle, époque à laquelle le premier fut fabriqué pour le roi Henri VIII devenu obèse (178 kg). Au fil du temps, les monte-escaliers ont bénéficié d’importants progrès technologiques et sont toujours plus performants. D’une façon générale, ils se composent des éléments suivants :

  • un siège qui permet à l’utilisateur de s’asseoir pour monter ou descendre. Selon la gamme de prix, mais aussi le fabricant, il sera plus ou moins confortable ;
  • un rail électrique le long duquel le fauteuil se déplace. Il sera fixé soit côté rampe, soit côté mur et va être fixé directement sur les marches pour pouvoir suivre parfaitement la trajectoire de l’escalier qu’elle soit droite, courbe ou en colimaçon ;
  • un moteur électrique qui permet de faire avancer le siège le long du rail. Sa puissance va influer sur la vitesse de déplacement de celui-ci. À l’heure actuelle, les moteurs sont alimentés par une ou plusieurs batteries qui se rechargent automatiquement à chaque arrêt. Il est désormais rare qu’un câble d’alimentation soit utilisé, d’autant plus qu’il pouvait s’avérer gênant.

Une fois le dispositif installé, il suffit de s’asseoir sur le siège et d’actionner la mise en marche. Ce peut être grâce à une manette ou à une commande. Si vous êtes en bas et que le siège est en haut, il est possible de le faire descendre à distance en installant des télécommandes que vous pouvez fixer au mur. En fonction des modèles, vous avez la possibilité de bénéficier du détecteur d’obstacles, d’un régulateur de survitesse, mais aussi éventuellement de faire pivoter le siège pour faciliter la montée et la descente au départ et à l’arrivée.

Modèle Monte Escalier
© iStock

Le monte-escalier : un équipement de sécurité

L’installation d’un monte-escalier permet de faciliter les déplacements dans le logement sur plusieurs niveaux des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées. D’ailleurs, les problématiques générées par la présence d’un ou de plusieurs escaliers dans une maison est souvent la raison qui pousse les séniors à partir en maison de retraite. En effet, le fauteuil élévateur permet de sécuriser les déplacements dans l’escalier. Une fois installé dans le siège et la ceinture de sécurité attachée, il vous emmènera en douceur et en toute sécurité d’un étage à l’autre.

Il permet également d’éliminer les inquiétudes et les risques face à des escaliers sinueux, étroits ou très inclinés. De plus, en utilisant un fauteuil élévateur vous éviterez les risques de chute que pourraient entraîner une fatigue articulaire ou musculaire, une légère baisse de tension, etc.. Pour finir de vous mettre en confiance, il convient de noter que les équipements de sécurité sont soumis à des règles strictes telles que la norme NF EN 81-40. Pour répondre aux normes, tout monte-escalier doit disposer d’une base d’éléments de sécurité que ce soit en matière d’utilisation ou de fonctionnement. Voici de quoi se compose cette base :

  • Équipement de sécurité du fonctionnement :

- verrouillage du démarrage tant que les accoudoirs, les repose-pieds ne sont pas en position basse et que la ceinture de sécurité n’est pas attachée, si le monte-escalier en est équipé ;

- détecteur d’obstacles qui interrompt la montée ou la descente si un animal de compagnie ou une personne est sur le chemin du fauteuil ;

- arrêt d’urgence qui permet l’arrêt du monte-escalier si la vitesse est trop élevée ou si un obstacle surgit.

  • Équipement de sécurité d’utilisation :

- interrupteur de sécurité qui permet de verrouiller le monte-escalier pour éviter qu’un enfant ne joue avec, par exemple ;

- télécommandes dont une en bas et une en haut pour appeler le siège comme vous le feriez avec un ordinateur ;

- butée de fin de course qui signale à l’appareil où et quand il doit s’arrêter.

Les différents modèles sur le marché

On trouve sur le marché différents modèles, les deux premiers sont les plus fréquemment utilisés, les autres modèles étant plus rarement choisis :

  • le monte-escalier électrique est un modèle qui séduit par sa grande simplicité de mise en œuvre. Il fonctionne à batterie et peut être installé sur un escalier droit, tournant ou en colimaçon ;
  • la plateforme fauteuil, est assez similaire au monte-escalier à la différence près qu’il s'agit simplement d’une plateforme, comme son nom l’indique, permettant d’accueillir un fauteuil roulant ;
  • le mini-ascenseur comme son nom l’indique ressemble à un petit ascenseur ;
  • le fauteuil roulant monte-escalier ;
  • la chaise élévatrice qui est fixée par un rail au plafond ;
  • enfin, le monte-escalier mobile nécessite la présence d’un tiers pour pouvoir être activé.

Les critères à prendre en compte pour bien choisir

Pour bien choisir votre monte-escalier vous pouvez vous basez sur différents critères.

  • Le type de l’escalier qui se trouve dans la maison : est-il droit, tournant ou en colimaçon ? Il s’agit là du premier critère à prendre en compte pour choisir votre monte-escalier. Et pour cause, à chacun de ces types d’escalier correspond un monte-escalier bien précis.
  • Quel niveau de confort souhaitez-vous ? En fonction des modèles, le niveau de confort lors de son utilisation ne sera pas le même.
  • Comme nous l’avons vu précédemment, la sécurité est également un critère de choix important. En plus des normes de sécurité obligatoires énumérées ci-dessus, des options supplémentaires, qui améliorent la sécurité pendant son utilisation, peuvent vous être proposées, comme la détection de présence d’assise.
  • Son entretien constitue un autre élément de sécurité et un autre critère de choix. Certains monte-escaliers sont équipés d’un écran qui prévient des éventuels problèmes ou certains spécialistes assortissent la vente d’un contrat d’entretien.
  • Enfin, le budget dont vous disposez va également influer sur le choix de votre produit.
Monte Escalier
© iStock

Les différentes options

Les différentes options d’accessoire proposées permettent d'améliorer le confort pour une meilleure utilisation de votre monte-escalier.

  • Les repose-pieds permettent de profiter d’une position assise plus confortable et plus sûre. En fonction du monte-escalier choisi, ils peuvent être installés en option ou ils peuvent être intégrés de base sur le fauteuil. Il en existe également des rabattables, pour réduire l’encombrement du monte-escalier lorsqu’il n’est pas utilisé.
  • Si vous rencontrez des difficultés pour vous lever d’un siège, il est recommandé d’opter pour l’option « soulèvement du siège ». Une fois arrivé en haut ou en bas, le siège du monte-escalier va alors se soulever pour vous permettre de vous mettre debout plus facilement.
  • Vous pouvez choisir un siège repliable. De cette façon, lorsque le monte-escalier est inutilisé vous pouvez le replier pour ne pas gêner les autres habitants de la maison.
  • Le siège pivotant peut également être une option appréciée qui en plus augmente la sécurité lors de l’utilisation, car il permet à l’utilisateur de se lever du siège sur le palier et non sur une marche d’escalier.
  • Vous pouvez également choisir un siège avec des accoudoirs pour être bien calé à l’intérieur du siège pendant sa montée.
  • Vous pouvez également équiper votre siège d’une housse lavable.
  • Une option qui est aussi recommandée est le régulateur de survitesse. Ainsi, lors de la descente, il évite que le monte-escalier ne s’emballe accidentellement. Sur certains modèles, il est installé en série.
  • On peut également choisir des options comme la couleur du rail, le contrôle de la vitesse, etc..

Choisir un parking bas ou un parking haut ?

Lorsque le monte escalier n’est pas utilisé, s’il stationne sur l'escalier il peut être gênant. Avoir recours à un parking haut, un parking bas ou un rail relevable, permet ainsi de libérer de l’espace et de simplifier la circulation dans la maison. On va alors choisir en fonction des différentes contraintes techniques.

Le parking bas

Si le monte-escalier est stationné sur la première marche de l’escalier, en fonction de ses difficultés, l’utilisateur peut rencontrer des difficultés pour s’installer dessus. De même, si la cage d’escalier est étroite, le fauteuil stationné va alors encombrer l’espace et empêcher de circuler librement. Pour ces raisons, il est parfois préférable que le monte-escalier soit stationné au bas de l’escalier, sur le palier, lorsqu’il n’est pas utilisé. C’est ce que l’on appelle le parking bas. Dans ce cas, un rail va être ajouté pour prolonger le chemin du monte-escalier et ainsi le faire tourner à 90° ou à 180° selon la configuration de votre intérieur. L’accès à l’escalier est alors libéré pour les autres membres de la famille ou pour les aidants.

Le rail relevable

Dans certains cas, par exemple, lorsque le bas et le haut de l’escalier doivent rester libres ou où lorsque l’installation d’un parking, quel qu’il soit, n’est pas envisageable, on va privilégier l’installation d’un rail relevable. Cette solution disponible auprès de certains fabricants est la plus économique dans le cas d’un monte-escalier droit car il n’y a pas d’ajout de rail.

Le parking haut

Une dernière option peut s’offrir à vous pour répondre aux différentes contraintes techniques, c’est l’installation d’un parking haut. De la même façon que pour le parking bas, on va devoir installer une portion de rail supplémentaire effectuant un virage à 90° ou à 180° pour libérer la cage d’escalier. Mais bien évidemment cela nécessite que le palier soit suffisamment vaste pour l’accueillir.

Le parking haut peut s’avérer indispensable pour certains utilisateurs présentant certaines pathologies comme, par exemple, la maladie de Parkinson. Cette configuration permet ainsi de privilégier le transfert de la personne suffisamment loin du vide de l’escalier pour éviter une chute. Ce peut être dans le cas d’une personne qui a besoin d’une canne, d’un déambulateur ou d’un fauteuil roulant, mais aussi des personnes présentant des troubles de la coordination, de la mobilité ou de l’équilibre.

Installation d’un monte-escalier : quel est le délai moyen ?

Le délai va dépendre des fabricants. Néanmoins, il faut prendre en considération les différentes étapes à mettre en œuvre avant de pouvoir profiter d’un monte-escalier. Dans un premier temps, vous allez élaborer avec l’aide du professionnel de votre choix le monte-escalier qui vous correspond en fonction de vos besoins, mais aussi des contraintes techniques de votre logement, telles que la surface du palier, la largeur et la pente de l’escalier, etc.. Vous pouvez rencontrer différents fabricants pour pouvoir comparer les différentes offres.

Dans un second temps, vous allez obtenir le devis du monte-escalier pour lequel vous vous êtes décidé en prenant en compte vos différents critères. Si celui-ci s’intègre dans votre budget, vous pouvez alors accepter le devis. Un acompte vous sera alors demandé pour le lancement de la fabrication. Vous pouvez compter environ 3 à 6 semaines en fonction du modèle choisi.

Néanmoins, ce délai peut varier d’un fabricant à un autre. Le technicien prend alors rendez-vous avec vous pour venir l’installer. Cette dernière ne prend que quelques heures. Ce sera plus rapide pour un escalier droit sans difficulté technique que pour un escalier tournant ayant une configuration atypique, par exemple.

Une fois installé, l’installateur va le tester pour s’assurer de son bon fonctionnement. Vous pourrez donc en bénéficier rapidement dès lors que vous connaissez la date d’installation.

Monte Escalier Senior
© iStock

Prix d'un monte-escalier et aides auxquelles vous avez droit

Les prix des monte-escaliers peuvent largement varier en fonction de vos besoins et des fabricants. On peut en trouver sur le marché à partir de 3 000 € pour un escalier droit. Ensuite, cela va dépendre des options que vous allez choisir d’inclure, l’utilisation d’un parking ou non, la qualité du fauteuil, etc.. Le prix indiqué comprend le matériel, mais aussi l’installation à domicile. On trouve des modèles jusqu’à environ 15 000 €. Cependant, pour vous aider dans le financement de votre monte-escalier, il existe différentes aides auxquelles vous pouvez peut-être prétendre.

  • L’APA ou Allocation Personnalisée d’Autonomie à domicile est une aide financière qui permet aux personnes de plus de 60 ans de profiter d’une prise en charge financière pour l’aménagement du logement. Son montant est calculé en fonction des revenus de la personne, mais aussi du degré de perte d’autonomie.
  • La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) peut proposer un remboursement de ce type d’équipement qui permet de réaliser des activités en toute autonomie.
  • La MVA ou Majoration pour la Vie Autonome peut être obtenue seulement à condition de bénéficier de l’AAH, c’est-à-dire de l’Allocation aux Adultes Handicapés. La MVA est une allocation qui permet de compléter l’AAH. Celle-ci permet de couvrir des dépenses pour aménager le logement et permettre ainsi aux personnes handicapées de pouvoir être plus autonome.
  • L’ANAH ou Aide financière de l’Agence Nationale de l’Habitat propose une aide couvrant jusqu’à la moitié des travaux en fonction des revenus du demandeur. Elle permet aux personnes âgées propriétaires de profiter de leur logement durant plus longtemps.
  • Les aides financières des caisses de retraites peuvent elles aussi participer aux financements de ce type d’équipements. Le montant des aides dépend alors de la caisse de retraite de base ou complémentaire, mais aussi des revenus et du degré de dépendance de la personne qui en a besoin.
  • Pour les personnes âgées profitant de certaines allocations, la CAF peut, pour l’installation d’un monte-escalier, proposer des prêts à des taux très intéressants.
  • Enfin, vous pouvez demander à la mairie ou le conseil départemental de votre lieu de résidence s'ils proposent des aides qui permettent aux personnes de la commune ou du département de vivre plus longtemps et dans de bonnes conditions dans leur logement.

Projet de monte-escalier : les éléments clés pour le réussir

Vous l’aurez compris, le monte-escalier est un équipement qui simplifiera votre quotidien. Il vous permettra de retrouver une certaine autonomie et surtout de vous déplacer dans votre maison en toute sécurité. Pour mettre toutes les chances de votre côté pour la réussite de votre projet, vous devez donc vous assurer de répondre à différents critères.

  • Le point le plus important est la sécurité. Vous devez donc veiller à choisir un monte-escalier qui vous permettra de vous déplacer en toute sécurité. Les options et les accessoires à choisir dépendent des besoins de chaque utilisateur. Ce peut être la mise en place d’un parking haut ou bas, l’installation de repose-pieds, d’un appui-tête, etc..
  • Le confort est également un facteur de réussite. En effet, il est important de pouvoir vous installer confortablement dans le siège et de vous y sentir en sécurité.
  • Les contraintes techniques doivent également être prises en compte afin que le monte-escalier s’intègre parfaitement dans votre intérieur et ne soit pas une gêne ou une source d’accident pour les autres habitants ou les personnes qui interviennent dans la maison, par exemple pour faire le ménage.
  • Le budget sera bien évidemment un critère essentiel.

Nous l’avons vu, lorsqu’il est question d’installer un monte-escalier, il existe de nombreuses solutions. Votre choix va donc dépendre de vos besoins. C’est-à-dire qu’outre les contraintes techniques liées à la configuration de votre intérieur, dont nous avons parlé précédemment, vous devez également prendre en considération les contraintes fonctionnelles que vous, en tant qu’utilisateur, vous imposez, par exemple, votre poids, vos facilités pour vous asseoir, vous lever, etc.. Vous devez donc donner avec précision tous ces éléments au professionnel de votre choix qui sera alors en mesure de vous donner des conseils quant au modèle qui serait le mieux adapté pour vous et votre maison.

Aucun commentaire à «Monte-escalier : le guide pour bien choisir»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires