Que faire des cendres funéraires ?

Souvent moins coûteuse et plus écologique, la crémation est un mode de sépulture de plus en plus souvent choisi aujourd’hui. Ne comptant que pour 1 % des obsèques en 1980, elle représente de nos jours plus de 40 % des funérailles, parfois bien plus dans certaines zones urbaines. Modifiée, à plusieurs reprises, par des lois successives, la question de la destination des cendres des défunts se pose souvent aux personnes concernées.

Laurene Renaud
Par Laurene Renaud
urne funéraire en cérémonie
© iStock

Comprendre la crémation et ses implications

Histoire et évolution de la crémation

La crémation était très pratiquée dans l'Antiquité, ce mode de sépulture ayant même donné son nom, entre 1.350 et 1.150 avant J.-C. environ, à la civilisation dite des "champs d'urnes".

Si certaines religions, comme le bouddhisme, la prescrivent, d'autres, comme le christianisme, l'interdisent formellement à leurs adeptes. Elle disparaît donc pour de longs siècles avant de réapparaître dans les pays occidentaux, à la fin du XIXe siècle, de façon très progressive.

Ainsi, le premier crématorium voit le jour aux États-Unis en 1874, et c'est quatre plus tard qu'apparaissent en Europe les premiers établissements pratiquant la crémation.

La loi a peu à peu autorisé ce mode de sépulture, toléré par l'Église catholique à partir de 1964. Depuis lors, il n'a cessé de concurrencer l'inhumation.

Le processus de crémation

La crémation se déroule dans un lieu spécifique, le crématorium. Avant la crémation proprement dite, une cérémonie, civile ou religieuse, peut se tenir dans une salle de l'établissement. Elle est l'occasion de dire adieu et de rendre hommage au défunt.

Avant de la placer dans le cercueil, on a retiré ses bijoux, et aussi un éventuel pacemaker, à la personne décédée. Puis le cercueil, en bois, et parfois en carton, avance dans un four de crémation.

Exposé à une chaleur d'environ 800°C, le cercueil et le corps sont alors réduits en cendres. Celles-ci sont enfin recueillies dans une urne cinéraire, remise à la famille.

Cadre légal et réglementation autour des cendres

Aperçu du cadre légal

Vous n'êtes pas obligé de récupérer l'urne funéraire tout de suite. En effet, le crématorium peut la conserver durant un an.

Depuis 2008, il n'est plus possible de conserver une urne funéraire chez soi. Par contre, il est possible de l'enterrer, sous certaines conditions, dans une propriété privée, et après avoir obtenu une autorisation de la préfecture.

La loi précise, par ailleurs, ce qu'il est encore possible de faire de l'urne. Il existe en effet, à cet égard, un certain nombre d'options.

Restrictions et permissions

Il est possible de placer ou d'enterrer ou de placer l'urne funéraire dans des endroits conçus à cet usage, comme :

Par ailleurs, l'urne peut être scellée sur une pierre tombale. Enfin, les cendres peuvent être dispersées :

  • Dans un jardin du souvenir, un lieu spécialement aménagé à cette intention.
  • En pleine nature, mais dans le respect de restrictions spécifiques. Ainsi, cette dispersion est interdite sur la voie publique. Elle doit être accompagnée d'une déclaration auprès de la mairie du lieu de naissance de la personne décédée.

Rappelons enfin qu'il est interdit :

  • De garder une urne chez soi, comme nous l'avons vu.
  • De partager les cendres du défunt, sauf si celui-ci en a exprimé le souhait.

Les différentes options pour les cendres

Conservation à domicile

En vertu de la loi du 19 décembre 2008, il n'est pas permis, on l'a dit, de conserver une urne à domicile. Cependant, les personnes gardant une urne à domicile avant l'entrée en vigueur de la loi peuvent la conserver chez elles.

Toutefois, il est possible d'enterrer une urne dans son jardin, à condition de demander les autorisations nécessaires, de préparer la tombe et de ménager un chemin d'accès, permettant aux proches de venir se recueillir sur la tombe même en votre absence.

Inhumation des cendres

L'inhumation de l'urne contenant les cendres du défunt est possible. On peut l'inhumer :

  • Dans un caveau, et ce même s'il est complet. En effet, l'urne peut être placée dans ce qu'on appelle le "vide sanitaire", qui désigne l'espace séparant le cercueil placé le plus haut et la dalle recouvrant la tombe.
  • Dans un cavurne, qui, comme son nom le laisse supposer, désigne un caveau de petite taille, spécialement conçu pour abriter une urne funéraire.
À noter :
Quand l'urne est placée dans la case d'un columbarium, monument qui s'élève au-dessus du sol, elle n'est pas à proprement parler "inhumée". Mais la case est cependant refermée.

Dispersion des cendres

On l'a vu, il est aussi possible de disperser les cendres :

  • Dans un jardin du souvenir.
  • Dans une propriété privée. À condition, toutefois, d'avoir obtenu l'accord du propriétaire et qu'il accepte de ménager une voie d'accès permanente vers l'endroit où les cendres ont été dispersées.
  • En pleine nature, à condition, là encore, de respecter certaines limites. Les cendres ne doivent pas être dispersées dans un lieu public, ni trop près des habitations. Si la dispersion a lieu en mer, elle doit se faire à plus de 300 mètres du rivage. Des déclarations spécifiques sont à faire, auprès de la mairie concernée ou du port d'attache du bateau transportant les cendres.

Columbarium et jardin du souvenir

Nous avons vu que l'urne peut être déposée dans un columbarium. Ce lieu, le plus souvent situé dans un cimetière, se compose de rangs de cases disposés les uns au-dessus des autres.

Chaque case est fermée par une porte, sur laquelle a été fixée une plaque portant les nom et prénom du défunt, ainsi que les années de naissance et de décès.

Par ailleurs, chaque commune de plus de 2.000 habitants doit disposer d'un jardin du souvenir, réservé à la dispersion des cendres des défunts. Contre une somme modique, la famille peut fixer, dans un endroit de ce lieu verdoyant, une petite plaque en hommage au disparu.

Laurene Renaud

Titulaire d'un master en Economie et passionnée de sciences sociales, je me fais aujourd'hui un plaisir de vous informer et vous conseiller sur tous les sujets touchant aux retraites : pension, conseils, investissements, ...

Aucun commentaire à «Que faire des cendres funéraires ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires