Placements financiers : comment restructurer son patrimoine pour percevoir des revenus ?

Dans la vie, différentes raisons peuvent pousser un épargnant, quel que soit son âge, à choisir de mettre son patrimoine à profit pour générer des revenus. Ce peut être le cas lorsqu’il en a besoin pour démarrer un nouveau projet professionnel, mais aussi pour compléter sa pension retraite ou dans bien d’autres situations. 

Finances Conseils Senior
© iStock

Avant de se lancer dans cette démarche, la première chose à faire est de déterminer l’objectif que l’on souhaite atteindre. Pour ce faire, la meilleure solution consiste à définir le flux de revenu nécessaire et la durée de ce besoin. Pour générer des revenus et vous assurer des rentrées d’argent récurrentes, nous vous proposons de découvrir comment diversifier votre patrimoine et investir pour la retraite sans vous exposer aux risques et en allant au-delà de l’immobilier ou des produits de rente classique qui nécessitent de toucher au capital.

À savoir

Ne vous lancez pas à l’aveugle, il est au préalable essentiel de prendre la mesure de certains facteurs :

  • Nous l’avons évoqué en introduction, il est nécessaire de déterminer le flux de revenu que vous visez ainsi que la durée pendant laquelle vous aurez besoin de percevoir ces sommes.
  • Cela vous permettra de déterminer ce qu’il serait nécessaire de placer et de vérifier ensuite vos liquidités effectivement disponibles.
  • Si vous avez déjà des idées de placements possibles, il est nécessaire de bien analyser et cerner leur degré de risque. En effet, les rendements les plus intéressants sont, bien souvent, ceux générés par des placements plus risqués.
  • De plus, gardez bien à l’esprit que la perception des fruits de ce capital est synonyme de davantage de fiscalité à terme. En effet, les intérêts obtenus grâce à des valeurs mobilières, sauf les enveloppes fiscales, sont taxés à la flat tax, ou prélèvement forfaitaire unique, de 30 %.

Les valeurs de rendement

Lorsqu’il s’agit de restructurer des valeurs mobilières, les possibilités qui s’offrent à vous ne sont pas nombreuses, mais elles sont efficaces. En effet, si vous possédez des actions dans un compte-titres, vous pouvez choisir de réallouer vos actifs pour miser sur des valeurs qui vous offriront des rendements supérieurs. Il s’agit généralement de titres de grandes sociétés, telles que Total, Vinci, Danone, etc., qui présentent l’avantage de dégager des dividendes à des taux très intéressants, jusqu’à 5 à 7 % par an.

Les revenus à dates fixes

Si vous souhaitez obtenir des revenus réguliers, plusieurs solutions sont possibles.

Les placements à revenu fixe

Vous pouvez vous tourner vers des placements à revenu fixe, tels que des parts dans un fonds obligataire de distribution, des obligations et autres titres d’emprunt négociables. Vous percevrez alors, de manière régulière, le coupon dont le taux est de 2 à 3 %. Cette solution vous permet de miser sur un versement mensuel ou trimestriel.

Attention :
Soyez bien conscient que plus vous vous positionnez sur des obligations avec une rémunération élevée, plus grands sont les risques que vous prenez, car les prêts les plus rémunérateurs sont accordés à des entreprises qui ne bénéficient pas d’une bonne notation et qui peuvent donc être défaillantes.

Les titres notés B- ou BB-

Dans ce même cas de figure, une solution pour bénéficier d’un rendement plus conséquent peut consister à placer certains fonds sur des titres notés B- ou BB-. Mais soyez prudent, car même si cela permet de doper les rendements, un placement de ce type ne doit représenter qu’une faible part du portefeuille. Ainsi, les fonds de partage d’obligations d’entreprise peuvent servir entre 2,5 et 3 % par an, mais cette valeur évolue en fonction des taux d’intérêt. Autrement dit, si le taux subit une hausse, la valeur liquidative d’un fonds obligataire diminue et donc, l’épargnant peut perdre une partie de son capital.

Le crowlending

Le crowdlending est un prêt dédié à une entreprise. Il s’agit d’une autre piste dans l’univers de l’obligataire. Une société est ainsi financée et elle rembourse sa dette de manière progressive avec les intérêts en plus. Ainsi, les rémunérations annoncées se situent entre 5 et 10 %.

Les fonds "autocall"

Une dernière solution consiste à effectuer des placements sur des fonds « autocall ». Ils sont indexés sur des indices boursiers pour protéger une partie du capital. Dans le cas d’une hausse, vous bénéficiez de coupons annuels ou trimestriels dont le taux peut être de l’ordre de 5 à 6 %. Néanmoins, ce versement est aléatoire et votre capital est bloqué entre 5 et 10 ans avec un risque de perte.

Bon à savoir :
Si vous optez pour une souscription d’obligations ou de minibons, de nombreuses plateformes s'engagent à effectuer un remboursement amortissable au trimestre, au semestre ou à l’année. Toutefois, il convient de ne pas minimiser le risque de défaut. C’est la raison pour laquelle il est préférable de fractionner la somme qui est investie dans des financements participatifs et de privilégier les prêts à différentes entreprises ou plateformes.

Les enveloppes fiscales

L'assurance-vie

Les épargnants titulaires d’un contrat d’assurance-vie peuvent procéder à des rachats ponctuels ou programmés. Cette solution offre donc une grande flexibilité pour répondre aux différents besoins. Un autre avantage de l’assurance-vie est qu’elle n’est pas plafonnée. Toutefois, il est important de choisir avec soin les montants alloués aux différents actifs, à savoir les fonds en euros et les unités de compte.

Et cerise sur le gâteau, les assurances-vie sont moins taxées et s’avèrent plus rémunératrices. L’assurance-vie tout comme le PEA permettent de bénéficier d'une rente viagère, néanmoins les professionnels de la gestion de patrimoine considèrent que cette solution aliène le capital.

Le PEA

Le PEA (Plan d'Epargne en Actions) est, quant à lui, plafonné à 150 000 €. Dès que le PEA à plus de 8 ans, vous pouvez effectuer des retraits partiels sans que cela n’engendre la fermeture du plan. Cette option de placement vous permet donc de bénéficier de revenus défiscalisés, qui restent toutefois soumis aux prélèvements sociaux, et de bénéfices réguliers.

Aucun commentaire à «Placements financiers : comment restructurer son patrimoine pour percevoir des revenus ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires