Autonomie et dépendance : combien cela coûte de bien vieillir chez soi ?

Beaucoup de seniors font désormais le choix de vieillir chez eux. Cette pratique tend à se démocratiser, d’autant plus depuis la publication des résultats d’une enquête faisant état de maltraitance dans les EHPAD. Pour autant, certains pensent qu’il coûte plus cher de rester chez soi en cas de perte d’autonomie plutôt que d’entrer dans ce type de structure. Est-ce réellement le cas ? Combien cela coûte-t-il vraiment de bien vieillir chez soi ? Focus.

Femme Senior à Son Domicile
© iStock

Vieillir chez soi

Selon un sondage de Odoxa publié en 2019, plus de 90% des Français souhaiteraient vieillir à leur domicile. Et les révélations malheureuses du livre-enquête Les Fossoyeurs (selon l'auteur, les conditions de vie des personnes âgées dans certains EHPAD sont mauvaises et il parle même d'une « marchandisation » des personnes âgées) ont réellement confirmé cet élan. Ce qui se comprend...

Cependant, même si la personne âgée décide de rester chez elle, il est important qu'elle puisse continuer de bénéficier d'une aide, selon sa situation de dépendance et la hauteur de sa perte d'autonomie.

En 2021, on comptait plus de 16 millions de retraités en France. Et les frais liés au vieillissement sont un marché à part entière. Frais de santé, de services à domicile, téléassistance : cela a un coût de rester chez soi. Est-ce toutefois plus cher que d'entrer dans un établissement spécialisé ?

Aménager son domicile

Il peut être nécessaire d'aménager son domicile en cas de perte d'autonomie. Il existe des systèmes de téléassistance et des systèmes d'appel en cas de chute. Si la personne souscrit à un abonnement pour ce type d'équipement, cela peut monter à 50 euros par mois assez rapidement.

Il est possible que l'aménagement du logement passe par des travaux plus importants comme l'installation d'un monte-escalier, d'une douche à l'italienne à la place de la baignoire ou bien même carrément d'un changement total de domicile pour un logement mieux adapté aux nouvelles contraintes de la personne. Cela peut donc engendrer des frais, parfois importants, qui ne sont pas forcément couverts par la mutuelle mais pour lesquels des aides sont mises en place.

Les frais de santé

En vieillissant, on peut être en proie à des problèmes de santé plus ou moins importants ou à une dépendance. De ce fait, les coûts liés à la mutuelle santé augmentent avec le temps qui passe. Selon la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees), en 2021, ce sont plus de 70% des retraités qui paient leur mutuelle 3,4 fois plus cher que lorsqu'ils avaient 20 ans. Rares sont les retraités à bénéficier d'une mutuelle qui calquent ses prix sur les revenus de la personne. Ce sont les mutuelles des fonctionnaires ou des grandes entreprises, notamment.

Certains retraités peuvent payer leur mutuelle plus de 150 euros par mois. Et si la couverture est bonne concernant les radios, le médecin ou encore les IRM, les lunettes ne sont pas remboursées dans leur totalité. Cela peut aussi être le cas pour les aides auditives ou les prothèses dentaires : un reste à charge s'applique et c'est pour cela que certaines personnes âgées n'y ont pas recours malgré leurs besoins.

Les frais de service à domicile

Dans certains cas, aux frais de santé, il est possible d'ajouter des frais pour engager une aide à domicile la nuit ou bien pour toute la journée. Il n'est pas rare que les personnes âgées dépendantes aient recours à des services à domicile pour toutes les tâches qu'elles ne peuvent plus réaliser au quotidien. Cela passe par la livraison de repas ou bien par le simple besoin d'une présence constante en journée ou même la nuit.

Certains seniors peuvent faire leurs courses mais ont du mal à faire le ménage. Il faut savoir qu'une heure de ménage effectué par une aide ménagère coûte, en moyenne, 25 euros. Dans certains cas, lorsque la personne est très dépendante, il peut être nécessaire d'engager une infirmière pour lever la personne, l'habiller et revenir la coucher le soir. De même, si l'aide à domicile doit passer tous les jours pendant plusieurs heures, les coûts augmentent : en moyenne, cela peut revenir à 1000 euros par mois.

Les coûts supplémentaires

Outre l'aspect financier, il est également possible de dénoter certains coûts non quantifiables au fait de vieillir chez soi. En effet, certaines personnes qui décident de rester chez elle finissent par partir dans un habitat collectif afin de se sentir plus en sécurité. Ce n'est donc pas une décision prise par rapport aux finances de la personne âgée mais plutôt liée à la coordination des soins, à la présence d'aidants, même non professionnels comme des proches, la famille ou les amis.

Parfois les proches peuvent aider à faire les courses, à gérer l'administratif du senior. De ce fait, c'est un coût supplémentaire, même s'il ne se monnaie pas forcément en argent.

Les aides disponibles

Néanmoins, même si vieillir à son domicile a un certain coût, il existe des aides financières mises en place par l’État ou les caisses de retraite et visant à prendre en charge les frais liés au vieillissement et à la dépendance, en partie ou dans leur totalité.

La dépendance est classée grâce à un système spécifique, la grille Aggir. Si la personne est classée entre 1 et 4, elle peut alors avoir droit à des aides régionales, départementales ou autres.

Il est possible de faire une demande d'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) selon l'âge de la personne et sa perte d'autonomie. Elle est destinée aux personnes de 60 ans et plus en perte d'autonomie et paie une partie des dépenses nécessaires aux personnes âgées pour rester chez elles malgré leur perte d'autonomie. Il n'y a pas de conditions de revenus pour en bénéficier.

Si la personne a une faible retraite, il lui est possible de faire une demande d'Aspa (allocation de solidarité aux personnes âgées). C'est la caisse de retraite qui se charge de verser cette aide (Carsat, MSA, entre autres). Elle peut être versée dès 65 ans et tous les mois si les ressources de la personne (seule) ne dépassent pas 916,78 euros par mois.

Il existe une aide financière pour rémunérer une aide à domicile. Elle est versée par le département ou par certaines caisses de retraite par défaut, selon des conditions d'âge et de revenus. Elle ne peut pas être cumulée avec l'APA.

En somme, vieillir chez soi a un coût, oui, mais il n'est pas forcément plus élevé que si la personne était placée en établissement spécialisé. De plus, les aides mises en place permettent de soulager les seniors en prenant en charge ces dépenses soit totalement soit en grande partie.

Aucun commentaire à «Autonomie et dépendance : combien cela coûte de bien vieillir chez soi ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés
* Champs obligatoires